Informations france: Les mules de la drogue transportant la cocaïne européenne dans leurs tripes

Plus d’un sixième de la cocaïne consommée en France est passée en contrebande à l’intérieur des corps de mules de la drogue en provenance de sa région sud-américaine pauvre de la Guyane.

Des femmes – dont certaines enceintes – et même des enfants font partie de ceux qui risquent leur vie pour quelques milliers d’euros (dollars) en avalant des paquets de drogue bien emballés ou en les cachant dans leurs cavités corporelles.

« Je n’avais pas d’autre choix. J’avais besoin d’argent », a déclaré Tonio, 27 ans, qui, criblé de dettes et sans travail, a pris un vol pour Paris avec 800 grammes de « coca » dans le ventre et cachés dans ses chaussures.

Après avoir traversé l’aéroport, il a été arrêté dans une gare et s’est retrouvé en prison.

Trente mules de la drogue comme lui montent à bord de chaque vol vers la France depuis Cayenne, la capitale de la Guyane, selon les autorités. Les trafiquants – qui devraient faire un profit de 1 000 % sur les drogues qui passent – ​​submergent simplement les vols.

Un kilogramme (2,2 livres) de cocaïne acheté 4 500 euros (4 835 $) en Guyane française, ou 3 500 au Suriname voisin, peut être vendu à des trafiquants en France pour 35 000 euros, qui le coupent ensuite et le revendent trois fois à leurs clients. que.

Les mules touchent entre 3 000 et 10 000 euros par voyage, selon la quantité qu’elles transportent.

« Ce n’est pas compliqué, il suffit d’avoir les bons contacts », a déclaré Tonio.

Et les candidats ne manquent pas.

Bien qu’elle abrite le port spatial européen, la Guyane est en proie à l’extrême pauvreté et au chômage, héritage de son histoire en tant que société esclavagiste et colonie pénitentiaire – la célèbre île du Diable se trouve juste au large de ses côtes.

Le Suriname, avec lequel il partage une longue frontière dans la jungle qu’il est presque impossible de surveiller, est encore plus pauvre, avec de nombreux mules de la drogue immigrés illégaux de l’ancienne colonie néerlandaise.

– ‘Région Narco’ –

La géographie et la pauvreté ont fait de la Guyane française « une région narcotique et l’une des principales plaques tournantes » du trafic de cocaïne, ont indiqué des responsables à l’AFP.

À une distance frappante des champs de coca colombiens, entre un cinquième et un sixième de la cocaïne consommée en France passerait par cette région peu peuplée de jungle principalement amazonienne prise en sandwich entre le Brésil et le Suriname.

Le centre des opérations muletières est la ville de Saint-Laurent sur le large fleuve marron Maroni qui forme la frontière avec le Suriname sur plus de 500 kilomètres (300 miles).

Sans travail ni école – le système éducatif ne peut pas suivre la population croissante de migrants du Suriname – nombre de ses 50 000 habitants sont tentés par l’argent facile à gagner grâce à la contrebande de cocaïne.

Leurs périlleux voyages vers la France métropolitaine commencent généralement juste en face de Saint-Laurent du Maroni dans la petite ville d’Albina du côté surinamais du fleuve.

C’est là que beaucoup de mules sont chargées de cocaïne.

Chaque jour, des centaines de personnes du côté français traversent le fleuve en pirogues pour faire leurs courses à Albina, où la nourriture et l’essence sont moins chères.

Les mules, comme Julia et Lydia, reviennent au milieu des acheteurs.

« Nous connaissions les risques », a déclaré Julia, une jeune mère de deux enfants du Suriname qui a passé deux ans dans les prisons françaises après avoir été arrêtée.

« Ce n’est pas un voyage d’agrément… mais quand on n’a pas le choix, que faire ? a-t-elle déclaré à l’AFP.

– Pratique de la déglutition –

« Vous allez en prison et ensuite ils (les trafiquants) vous laissent tranquille. Moi, j’ai payé ma dette.

Elle et son amie Lydia (les deux noms ont été changés à leur demande) sont des descendants d’esclaves africains amenés au Suriname par les Hollandais.

« J’avais un appartement vide et je voulais le meubler », a déclaré Lydia dans le dialecte local, le taki-taki ou le sranan, un mélange de français, d’anglais et de néerlandais. « Les trafiquants m’ont promis 15 000 euros si je prenais plus de 3,5 kilos. »

Lydia a été arrêtée à l’aéroport transportant 4,5 kilos de cocaïne.

Certaines mules s’entraînent pour le voyage en avalant de petites saucisses, tandis que d’autres abaissent les paquets de cocaïne avec de l’huile, des boissons gazeuses ou du gombo. Tous se sont bouchés avec des médicaments antidiarrhéiques.

Une fois leur cache avalée, la plupart effectuent le trajet de trois heures jusqu’à l’aéroport de Cayenne dans les taxis collectifs qui sillonnent le trajet.

Une seule route relie les villes et la police les attend souvent à mi-chemin dans la chaleur étouffante d’Iracoubo.

« Nous avons fait plusieurs saisies en septembre, deux fois après avoir arrêté des gens sur la route, et nous avons pris quatre kilos », a déclaré à l’AFP un officier subalterne.

Près de la moitié de ces traits avaient été avalés.

Les mules voyagent majoritairement dans la chaleur de midi quelques heures avant l’enregistrement pour les vols Air France et Air Caraïbes vers la France métropolitaine.

« Une fois qu’on en a arrêté trois à Iracoubo… je ne peux plus en mettre en garde à vue », a admis le lieutenant-colonel Arnaud Amestoy, chef de la gendarmerie de la zone. « Nous avons besoin de beaucoup plus d’agents pour pouvoir endiguer le flux. »

– Scanners et chiens renifleurs –

Mais les points de contrôle ne sont que le premier obstacle que les mules doivent franchir. Policiers et douaniers attendent à l’aéroport, chaque passager d’un vol étant parfois fouillé.

Ils ont capturé 512 mules en 2021, saisissant 1,26 tonne de cocaïne.

Souvent, les agents n’ont que quelques minutes pour identifier les suspects. Le jour que l’AFP a passé avec la police des frontières à l’aéroport, un chien policier a flairé deux jeunes hommes.

Ils ont été pris à part par des agents et un test d’urine pour la cocaïne s’est révélé positif pour l’un d’eux. Il a été interpellé et conduit dans une unité sécurisée de l’hôpital de Cayenne pour une radiographie.

S’il y a quoi que ce soit, « on déclenche le ‘protocole des boulettes’ », explique le docteur Karim Hamiche, qui dirige le service spécial sécurisé.

« La personne restera jusqu’à ce que les plombs soient expulsés – entre 24 et 48 heures. »

Les paquets de cocaïne sont plus solides qu’ils ne l’étaient autrefois, mais il y a toujours un danger.

« En avril, un homme de 37 ans est décédé à l’hôpital après être tombé dans la rue à Cayenne », a déclaré Hamiche.

« L’autopsie a trouvé plus d’un kilo de cocaïne dans son corps. »

– Haute tension et larmes –

Pendant ce temps, de l’autre côté de l’Atlantique, les 305 passagers du vol quotidien d’Air Caraïbes au départ de Cayenne débarquent à Orly, deuxième aéroport de Paris.

Un jeune homme hésitant en veste noire a attiré l’attention des douaniers.

Il vient de Saint-Laurent du Maroni et vient d’avoir 18 ans.

Après être allé aux toilettes, ses bagages sont passés aux rayons X. La tension monte et quelques instants plus tard le suspect craque et sort de sa capuche un « pain » de cocaïne pesant plus d’un kilo.

Le jeune fond en larmes et avoue avoir avalé des paquets de cocaïne et en avoir d’autres cachés dans son rectum.

Il a d’abord dit qu’il allait les vendre lui-même, avant de finalement avouer que quelqu’un attendait la cocaïne à l’aéroport. On lui avait promis 8 000 euros pour le voyage.

Avant que les vols Cayenne-Orly ne deviennent leur route principale, les trafiquants envoyaient des mules principalement du Suriname via l’aéroport Schiphol d’Amsterdam. Mais la contrebande a ralenti lorsque chaque passager a été obligé de passer par des scanners spéciaux.

« Dès que nous aurons un scanner ici (à l’aéroport de Cayenne), nous réglerons rapidement le problème. Dans trois ou quatre mois, ce sera dissuasif », a déclaré à l’AFP une source officielle.

Le ministre français de l’Intérieur a déjà signalé qu’une machine serait installée pour scanner toute personne prenant un vol à Cayenne.

Mais beaucoup, comme l’avocate de Cayenne Saphia Benhamida, qui représente une partie des mules, estiment qu’il vaudrait mieux s’attaquer au fond du problème.

« Vous aurez toujours des pauvres ici, donc vous aurez toujours des mulets. Vous ne pouvez pas contrôler tout le monde à l’aéroport. Nous n’allons pas changer les choses en ayant simplement plus de policiers », a-t-elle soutenu.

« S’il y avait des écoles, du travail et des transports adéquats à Saint-Laurent du Maroni », cela aiderait aussi, a insisté Benhamida.

Bibliographie :

Guide du Routard ; la France à vélo : nos plus beaux itinéraires de 1 à 3 jours.,Redirection vers la fiche de présentation de ce livre.

Photographie/Personnalités/J.,A découvrir .

Sortir la France de l’impasse.,Le livre .

dico-blogs.com vous conseille ce post développant du thème « Les blogs qui informent ». Le site dico-blogs.com est fait pour fournir différents posts sur la thématique Les blogs qui informent diffusées sur le web. Cet article est généré du mieux possible. S’il advenait que vous souhaitez présenter des informations supplémentaires à cet article sur le sujet « Les blogs qui informent » vous avez la possibilité d’utiliser les coordonnées fournies sur ce site web. En consultant de manière régulière notre blog vous serez au courant des futures publications.